Journées européennes du patrimoine 2016 à l'Hôtel de Sully

17 septembre 2016  > 18 septembre 2016 Événement

À l'occasion de la 33e édition des Journées européennes du patrimoine, les 17 et 18 septembre, visitez les appartements de la Duchesse à l'Hôtel de Sully !

 

 

Les appartements de la Duchesse seront ouverts gratuitement et exceptionnellement au public. Profitez-en !

 

Un peu d’histoire

Bâti à partir de 1625 dans le quartier du Marais par le financier Mesme Galet, l’hôtel est rapidement revendu à Roland de Neufbourg et François Poussart qui, de 1628 à 1630, en achèvent la construction en lui donnant sa structure actuelle, un hôtel entre cour et jardin avec deux ailes en retour donnant sur la rue Saint-Antoine par deux gros pavillons.

C’est une maison achevée, décorée et meublée que le duc de Sully achète le 23 février 1634. A la mort de sa seconde épouse, l’hôtel devient la propriété de son petit-fils, le deuxième duc de Sully. C’est lui qui commande la construction d’une aile neuve, perpendiculaire au corps de logis principal, sur l’emplacement d’un petit jardin à l’ouest de la terrasse du jardin. Au rez-de-chaussée, un appartement pour le Duc est aménagé tandis que son épouse, Charlotte Séguier, s’installe au premier étage.

Au XIXème siècle, l’hôtel de Sully est loué à de nombreux artisans ; il abrite également une clinique et même un gymnase. Les appartements de la duchesse sont ainsi occupés par une manufacture de pianos.

La comtesse de Béhague achète l’hôtel en 1920. Sensible à l’architecture et au patrimoine, elle entreprend de restaurer les toitures et les façades, mais son décès en 1939 ne lui permet pas d’achever son projet. Ses héritiers cèdent finalement l’hôtel à l’Etat en 1944 et sa restauration débute en 1952 avec la destruction des constructions parasites. L’architecte Robert Vassas mène jusqu’en 1975 une restauration complète des extérieurs comme des intérieurs.

Depuis 1974, l’Hôtel de Sully est le siège du Centre des monuments nationaux.

 

Les appartements

L’organisation des pièces au sein de l’appartement de la duchesse de Sully ne déroge pas à la distribution classique antichambre-chambre-cabinet. Un « oratoire » vient compléter cet ensemble. A l’origine, l’antichambre était dotée de deux fenêtres supplémentaires donnant sur une petite cour située à l’ouest de l’aile neuve ; une autre fenêtre était située dans l’actuel oratoire, toujours sur le mur ouest.

La restauration

Les boiseries et les peintures du XVIIème siècle ont d’abord été restaurées. Le remeublement s’est ensuite voulu à l’unisson de ce décor authentique, le décorateur Jacques Garcia apportant son expertise et son savoir-faire. Des meubles similaires à ceux décrits dans ces pièces par l’inventaire après décès de 1661 ont ainsi été achetés sur le marché de l’art ou déposés par les Hospices civils de Beaune. Des vues d’intérieurs, comme celles gravées par Abraham Bosse au milieu du XVIIème siècle, ont été utilisées pour les disposer selon les usages de cette époque. L’ensemble se veut le reflet fidèle d’un appartement aristocratique parisien du milieu du XVIIème siècle.

 

Informations pratiques

Visites guidées de 10h à 18h par groupe de 19 personnes

MenuFermer le menu